Skip to navigation Skip to the content

A l’instar de nombreuses caisses de pension, la Caisse SIG calcule les prestations de retraite, d’invalidité et décès sur le salaire de l’assuré. Le système, notamment du fait de la coordination du 2e pilier avec l’AVS (1er pilier), implique que différents salaires soient distingués. Voici la définition des différents salaires auxquels fait référence le règlement de prévoyance de la Caisse.

Salaire de base

Le salaire de base sert à déterminer le salaire assuré. Il prend en compte le salaire mensuel fixe sur 12 mois et, lorsque l’employeur le décide, les éventuels compléments fixes, non soumis à variation, y compris tout ou partie du 13e salaire (en l’occurrence, à la Caisse SIG, 26% du 13e salaire à partir du 1er janvier 2014).

Salaire assuré

Le salaire assuré sert de base au calcul des cotisations de l’assuré et de l’employeur, ainsi qu’à celui des prestations assurées. Il est égal au salaire de base annuel diminué de la déduction de coordination. La déduction de coordination correspond à 25% du salaire de base mais au maximum à la rente de vieillesse maximum complète de l’assurance-vieillesse et survivants (ci-après AVS) pour les assurés dont le taux d’activité est de 100%.

A noter que l’augmentation du salaire de base intervenant en cours d’année entraîne la modification du salaire assuré correspondant à partir du 1er janvier de l’année qui suit, sauf pour les prestations de risques (invalidité et décès).

Salaire assuré de référence

Le salaire assuré de référence permet de déterminer chaque début d’année la part du salaire assuré supérieure au renchérissement et soumise aux rappels de cotisations. Au 1er janvier de chaque année, la Caisse fixe le taux de renchérissement d’adaptation des salaires assurés en tenant compte de l’indice genevois des prix à la consommation, et adapte le salaire assuré de référence de chaque assuré en conséquence.